Revue 'The Conjuring: The Devil Made Me Do It': Église, rencontre avec l'État

Films

Dans le troisième film Conjuring, Ed et Lorraine Warren travaillent sans relâche pour convaincre un tribunal – donc le public – que le satanisme existe.


qui est max von sydow

Vera Farmiga et Patrick Wilson dans La conjuration : le diable m
La conjuration : le diable m'a fait le faire
Réalisé parMichel Chaves
Horreur, Mystère, Thriller
R
1h 52m
Trouver des billets

Lorsque vous achetez un billet pour un film évalué de manière indépendante sur notre site, nous gagnons une commission d'affiliation.

Les films Conjuring offrent un aperçu fascinant de la psyché américaine. Basée sur la vie des enquêteurs paranormaux du nord-est Ed et Lorraine Warren, la franchise exige que les téléspectateurs investissent dans une vision du monde régie par le dogme chrétien, où le bien divin doit combattre le mal satanique. The Conjuring: The Devil Made Me Do It est de loin l'entrée la plus bien construite et la plus terrifiante de la franchise, mais son intrigue repose beaucoup trop sur ce même évangélisation bizarre.



The Devil Made Me Do It, dirigé par le réalisateur de La Malédiction de La Llorona Michael Chaves, s'ouvre sur un exorcisme habilement stylisé. Un épais brouillard présente une série de plans angulaires imposants alors qu'Ed (Patrick Wilson) et Lorraine (Vera Farmiga) s'efforcent de libérer un garçon de 8 ans de la possession démoniaque. Un mixage sonore de premier ordre et une partition en plein essor maintiennent cette séquence tendue, voire exaltante, alors que le démon passe de son hôte enfant à Arne Johnson (Ruairi O'Connor) sans méfiance. Dans une série de scènes encore plus effrayantes, un Arne possédé poignarde plus tard son propriétaire à mort. Il appartient alors aux Warrens de prouver qu'Arne n'est pas coupable en raison de la malédiction satanique.

Comme avec La conjuration et The Conjuring 2, le film est basé sur les escapades réelles des Warrens, et le couple a tenté avec l'avocat de Johnson de monter une défense contre la possession. Mais le film attribue commodément la condamnation pour homicide involontaire coupable (plutôt que pour meurtre) de Johnson et sa maigre peine de cinq ans de prison aux efforts des Warrens, malgré le rejet par le tribunal de leurs demandes pour de vrai. Cela implique également fortement que Lorraine Warren, armée de pouvoirs psychiques célestes, est une enquêteuse plus qualifiée que la police et prêche la dévotion conjugale comme l'arme divine ultime. (Ce dernier est un incontournable de la franchise.)

The Devil Made Me Do It est une œuvre de fiction parfaitement effrayante. Ce serait encore mieux s'il privilégiait la macabre à l'évangile.

La conjuration : le diable m'a fait le faire
Classé R pour les contorsions d'enfants et une douche de sang. Durée : 1 heure 52 minutes. Dans les théâtres et sur HBO Max .