FILM EN REVUE ; « La fête est finie »

Films

Dernière fête 2000
Réalisé parRebecca Chaiklin,Donovan Leitch Jr.
Documentaire
Non classé
1h 30m

Réalisé par Donovan Leitch et Rebecca Chaiklin

Non noté, 90 minutes

En 1992, les cinéastes Mark Benjamin et Marc Levin ont emmené le jeune acteur doué Robert Downey Jr. faire un tour de la politique américaine, y compris des visites à la Convention nationale républicaine qui a nommé le président en exercice, George HW Bush, et à la convention démocrate qui a nommé William Jefferson Clinton. Le concept était de motiver les électeurs apathiques de la génération X en leur présentant un symbole de leur propre indifférence - sous la forme de M. Downey enjoué sans relâche - qui serait ensuite amené à un degré approprié de préoccupation concernant les problèmes environnementaux. , la politique économique et les libertés civiles. M. Downey a complaisamment suivi et, à la fin du film, il avait l'air sombre et engagé.



''The Party's Over'', une suite de ''The Last Party'' filmé à l'origine sous le titre ''The Last Party 2000,'' trouve un membre de l'équipe d'origine, le producteur et écrivain Donovan Leitch, prenant le relais en tant que co-réalisateur, partageant ce devoir avec la documentariste et productrice Rebecca Chaiklin. Il ouvre aujourd'hui dans tout le pays.

Le rôle de M. Downey en tant qu'hôte a été confié à Philip Seymour Hoffman, un acteur de caractère réputé pour ses performances dans '' Presque célèbre '' et '' Magnolia. '' Avec M. Hoffman à bord, arborant un costume ressemblant à Michael Moore de casquette de baseball cabossée, de T-shirt, de coupe-vent et de jeans patinés, l'équipe a entrepris d'observer le battage autour des nominations d'Al Gore à Philadelphie et de George W. Bush à Los Angeles, culminant dans l'orgie de bavures, de fossettes et d'ambiguïté institutionnelle nous savons maintenant que l'élection présidentielle de 2000.

Comme dans le premier film, de nombreux problèmes complexes sont en jeu, et M. Hoffman est doué pour écouter attentivement, puis hocher la tête en signe d'accord furieux, alors que des experts comme Noam Chomsky, Bill Maher et M. Moore lui-même offrent leur évaluation de l'état actuel de la démocratie. . (Le consensus : les choses pourraient être mieux.)

Jusqu'ici tout va bien, mais lorsque l'image commence à trotter ses porte-parole et porte-parole célèbres, '' The Party's Over '' devient un concours entre ce qu'il désigne clairement comme '' nos stars '' -- Ben Harper, Eddie Vedder, Tim Robbins , Willie Nelson et d'autres -- et ''leur'' (une triste programmation qui culmine avec Charlton Heston et un plan silencieux d'Arnold Schwarzenegger). Le film commence à ressembler moins à un documentaire politique qu'à une « bataille des stars du réseau », avec la jeune génération remportant clairement le défi du charisme.

La raison pour laquelle le film sort maintenant, après trois ans sur les tablettes, reste un mystère. Le retard n'a pas aidé à sa pertinence. Se terminant bien avant le 11 septembre, le film peut offrir un portrait assez pittoresque de la politique comme d'habitude au tournant du nouveau siècle, bien qu'il ne semble guère utile face aux nouvelles réalités du monde. DAVE KEHR