Orphelins hantés à La Havane, détruits par la pure passion et les problèmes de la vie

Films

La vie c'est siffler
Réalisé parFernando Perez
Drame
1h 46m

Comme tant de personnages de la littérature latino-américaine, les trois personnages principaux du film hallucinatoire luxuriant de Fernando Perez « La vie est à siffler » se promènent avec une conscience du surnaturel qui les inspire et les opprime à la fois. Alors que ces habitants passionnés et troublés de La Havane, tous trois orphelins, mènent leur vie, nous avons le sentiment aigu qu'ils sont hantés et retenus par des spectres religieux et ancestraux.


nytimes quoi regarder

Le coup de maître du réalisateur est sa représentation de leurs conflits internes comme une métaphore des angoisses politiques et économiques qui étreignent Cuba au crépuscule de l'ère castriste. Bien que le gouvernement communiste soit à peine mentionné, les trois personnages se retrouvent finalement obligés de choisir entre s'accrocher à leurs croyances restrictives et les repousser pour vivre de manière plus autonome.

Elpidio Valdes (Luis Alberto Garcia), un jeune musicien basané et pêcheur abandonné par sa mère (symboliquement nommée Cuba), est rongé par la culpabilité car il n'a pas accompli son destin révolutionnaire. La chance de libération d'Elpidio arrive sous la forme de Chrissy (Isabel Santos), une employée de Greenpeace qui navigue vers Cuba dans une montgolfière. Les deux poursuivent une liaison passionnée jusqu'à ce qu'il soit temps de partir, et elle l'invite à s'envoler avec elle aux États-Unis.



Julia (Coralia Veloz), une assistante sociale d'âge moyen qui travaille dans un foyer pour personnes âgées, est sujette à des évanouissements spontanés déclenchés par le mot ''sexe''. Pressée par ses amis de consulter un psychiatre, elle découvre une histoire d'amour traumatisante dans son passé.

Plus tard, alors que la patiente et son médecin se promènent dans les rues de La Havane, Julia découvre que la moitié de la ville vit dans un état de déni similaire, avec des gens qui basculent à droite et à gauche sur le trottoir lorsque certains mots interdits sont prononcés.

Enfin, il y a Mariana (Claudia Rojas), une jeune danseuse belle et ambitieuse avec plusieurs amants qui jure à Dieu qu'elle sera célibataire si elle remporte le rôle titre convoité dans une production de ''Giselle''. Quand sa prière est exaucée, elle est folle de joie. Mais au moment où elle et sa belle jeune co-star, Ismael (Joan Manuel Reyes), se sont regardés, ils tombent follement amoureux, et Mariana se retrouve dans un état de tourment presque insupportable.

'La vie est à siffler', qui s'ouvre aujourd'hui au Walter Reade Theater, voit ces personnages à travers les yeux de Bebe (Bebe Perez), un esprit énigmatique de 18 ans qui apparaît dans divers contextes, y compris sous l'eau. Le film croise les trois personnages qu'elle évoque pour notre amusement. Alors que leurs frustrations s'intensifient, tous les trois se retrouvent propulsés au même moment le même jour pour affronter leurs possibles destins sur la place de la Révolution à La Havane.

Le film raconte les drames intérieurs de ses personnages un peu plus longtemps que nécessaire. Bien avant leur rendez-vous avec le destin, nous sommes impatients qu'ils fassent le break.


faits hamilton vs comédie musicale

Pourtant, si ''Life Is to Whistle'' traîne vers la fin, il a de nombreux charmes. Son imagerie surréaliste, inspirée des peintures de Magritte, lui prête un fil de folie visuelle (bien qu'il y ait plusieurs trop d'images de poisson rasé). Et le film est si profondément en phase avec les passions de ses personnages qu'il entretient une atmosphère de sensualité enivrante.

L'amour semble fleurir à chaque coin de rue de La Havane, et la musique lancinante de Bola de Nieve et Benny More, qui rythme le film, accélère encore son pouls érotique.


bout du monde 2021

LA VIE C'EST SIFFLER

Réalisé par Fernando Perez; écrit (en espagnol, avec sous-titres anglais) par M. Perez, Humberto Jimenez et Eduardo Del Llano; directeur de la photographie, Paul Perez Ureta ; édité par Julia Yip ; musique d'Edesio Alejandro; produit par l'ICAIC et Wanda Distribution S.A. ; publié par New Yorker Films. Au Walter Reade Theater, 165 West 65th Street, Lincoln Center. Durée : 106 minutes. Ce film n'est pas noté.

AVEC : Luis Alberto Garcia (Elpidio Valdes), Coralia Veloz (Julia), Claudia Rojas (Mariana), Bebe Perez (Bebe), Isabel Santos (Chrissy), Joan Manuel Reyes (Ismail) et Rolando Brito (Dr Fernando).