Revue « High Ground » : deux mondes entrent en collision dans l'Outback

Films

Réalisé par Stephen Johnson, ce western se déroulant en Australie ne suit pas le récit attendu.

Jacob Junior Nayinggul dans High Ground.
Hauteurs
Réalisé parStephen Johnson
Action, Aventure, Drame, Thriller
1h 44m
Trouver des billets

Lorsque vous achetez un billet pour un film évalué de manière indépendante sur notre site, nous gagnons une commission d'affiliation.


qui a tué thomas jefferson

Ce western de l'arrière-pays, situé dans la terre d'Arnhem en Australie dans le Territoire du Nord, commence en 1919, dépeignant un massacre brutal d'un groupe d'autochtones connu sous le nom de Yolngu. Au-dessus de la mêlée meurtrière se trouve un carabinier nommé Travis (Simon Baker), membre du parti des Blancs qui empiètent sur la terre. Le groupe ci-dessous est allé à l'encontre de la mission - Travis était censé être le seul membre du groupe autorisé à tirer - alors il descend de sa position défensive et tente de sauver les Yolngu. Un témoin autochtone survivant est un jeune garçon nommé Gutjuk (Jacob Junior Nayinggul).



Réalisé par Stephen Johnson à partir d'un scénario de Chris Anastassiades, High Ground n'est pas le récit de la souffrance noire et d'un sauveur blanc que son ouverture pourrait suggérer. C'est plutôt l'histoire de deux personnages de mondes différents qui se réconcilient avec leur situation.


Timothée Chalamet jour de pluie à New York

Plusieurs années après le massacre, Travis est enrôlé par l'armée pour retrouver un guerrier indigène, Baywara, qui organise des attaques contre des Blancs dans les gares et autres lieux. Il se trouve que le garçon qu'il a sauvé des années auparavant est le neveu de Baywara. Nommé à l'origine Gutjuk, il a été adopté par des missionnaires chrétiens et s'est vu attribuer un nouveau nom. Il est magnifiquement joué par Nayinggul, dont la performance sensible, alerte et tendue est une raison substantielle pour donner à ce film le bénéfice du doute.

Travis engage l'adolescent comme traqueur dans sa chasse et promet qu'il fera tout ce qu'il peut pour ramener Baywara vivant. Et il apprend à Gutjuk à tirer, du haut du titre du film.

La civilisation, lui dit l'un des commandants militaires de Travis, consiste en des hommes méchants qui font de mauvaises choses, ouvrant la voie à ceux qui suivent. Travis a son propre jugement avec ces mauvaises choses. Et son responsable, Gutjuk, a son propre jugement sur l'identité, rejetant son nom occidentalisé presque dès qu'il commence à rouler avec Travis. Bien qu'il ne soit pas aussi puissant que l'image australienne de 1978 Le chant de Jimmie Blacksmith , ce film constitue un cas solide à la fois comme une déclaration et une image d'action.

Hauteurs
Non classé. Durée : 1 heure 44 minutes. Louer ou acheter sur jeu de Google , FandangoMaintenant et d'autres plateformes de streaming et opérateurs de télévision payante.