Si Dieu porte un costume de père Noël, est-ce que ce sera un déchirure ?

Arts

Lorsque Dieu apparaît à Ralph Walker (Adam Butcher), le courageux héros de 14 ans du film désespérément sentimental de Michael McGowan, 'Saint Ralph', il porte un costume de Père Noël. Cela seul devrait vous dire tout ce que vous devez savoir sur le film, qui se déroule dans une école de garçons catholique à Hamilton, en Ontario, dans les années 1950. Cette larme crue et inspirante est aussi sucrée qu'un bol de flocons d'avoine instantanés recouverts de mélasse. Cela devrait plaire à ceux qui croient sincèrement que le Père Noël et Dieu sont synonymes ; d'autres peuvent vomir.

À l'exception de sa bande originale, qui présente une interprétation mièvre et lourdement orchestrée de 'Hallelujah' de Leonard Cohen, que le film utilise sans se soucier de ce dont parle vraiment la chanson (une relation), 'Saint Ralph' ressemble beaucoup à un produit. de vraiment, vraiment vieux Hollywood. Il était une fois, le rôle du père Hibbert, un enseignant légèrement rebelle qui désobéit aux ordres et entraîne Ralph à courir le marathon de Boston en 1954, aurait pu être joué par Bing Crosby et Ralph par Mickey Rooney. Ici, Campbell Scott gère le rôle de Crosby avec sang-froid et aplomb. Ralph de M. Butcher, qui dans la scène d'ouverture du film avoue 22 pensées impures, suggère le jeune M. Rooney avec un esprit sale.

Tous les stéréotypes éculés sont en place. La belle et sainte mère de Ralph, Emma (Shauna MacDonald), hospitalisée pour une maladie non identifiée, est un ange maternel ; même lorsqu'elle tombe dans le coma, un air de sainteté l'enveloppe. Jennifer Tilly applique son klaxon vocal grinçant au rôle d'Alice, l'infirmière courageuse et généreuse d'Emma. Ralph est encouragé dans sa croisade par son premier béguin, Claire (Tamara Hope), qui veut être religieuse et dispense une fausse sagesse spirituelle : s'il se frotte les genoux avec du papier de verre jusqu'à ce qu'ils saignent, puis s'agenouille dans une casserole d'alcool, elle dit, sa quête sera avancée.



Mais le plus gros cliché du film est le sévère directeur de l'école, le père Fitzpatrick (Gordon Pinsent). Un disciplinaire rigide qui espionne ses étudiants depuis la fenêtre de son bureau avec des jumelles, il émet des grognements menaçants lorsqu'on lui dit que le père Hibbert enseigne Nietzsche aux garçons.

Le rêve du petit Ralphie de courir le marathon de Boston s'enflamme lorsque le père Hibbert remarque avec désinvolture que la victoire du garçon serait un miracle équivalent à la conjuration des pains et des poissons de Jésus. Ralph le prend au pied de la lettre et se convainc que s'il gagne, sa mère sortira de son coma.


les critiques de la maison de nuit

L'histoire se termine avec la grande course. Et devinez qui se présente à Boston pour courir avec Ralph sur la touche et le stimuler lorsque sa force faiblit ? C'est vrai : le Père Noël lui-même.

'Saint Ralph' est classé PG-13 (Parents fortement mis en garde). Il y a des insinuations sexuelles et une scène de masturbation.

Saint Ralph Ouvre aujourd'hui à New York.

Écrit et réalisé par Michael McGowan; directeur de la photographie, Rene Ohashi ; édité par Susan Maggi; musique d'Andrew Lockington; chef décorateur, Matthew Davies; produit par Seaton McLean, Andrea Mann, Mike Souther et Teza Lawrence; publié par Samuel Goldwyn Films. Durée : 98 minutes. Ce film est classé PG-13.

AVEC : Adam Butcher (Ralph Walker), Campbell Scott (père George Hibbert), Shauna MacDonald (Emma Walker), Tamara Hope (Claire Collins), Gordon Pinsent (père Fitzpatrick) et Jennifer Tilly (infirmière Alice).