Une matriarche malveillante et sa progéniture maléfique

Films

Rébecca De Mornay dans
Fête des mères
Réalisé parDarren Lynn Bousman
Drame, Horreur, Thriller
R
1h 52m

Jouer une version plus âgée et plus discrète de la nounou psychotique dans laquelle elle incarnait La main qui berce le berceau (1992), Rebecca De Mornay sait encore transformer les instincts maternels en formes grotesques. En tant que matriarche malveillante dans Fête des mères - un remake inutile d'un choc de 1980 banal — elle apaise et ricane avec une conviction louable. Malheureusement, sa progéniture cinématographique ne parvient jamais à suivre le rythme.

Un thriller d'invasion de domicile pour les victimes de bulles immobilières, ce dernier morceau de sadisme jetable de Darren Lynn Bousman (qui a réalisé Scie II par Scie IV ) envoie trois frères adultes courir chez eux après avoir raté un braquage de banque, pour découvrir que leur propriété a été saisie et que leur maman est partie. Pendant ce temps, les nouveaux propriétaires de la maison (Frank Grillo et Jaime King) et divers amis yuppies profitent d'une fête d'anniversaire au sous-sol. Comptons les manières dont nous pouvons les torturer avant que maman n'arrive !


voitures john lasseter 2

Tourné de manière nette et étonnamment bien joué, la fête des mères souffre d'un scénario trop long (une tornade plane hors de l'écran sans but apparent) et de pépins gênants dans la continuité. Bourré de secrets et de personnages impatients de se trahir les uns les autres, le film ne propose d'enracinement que Mère, dont les valeurs familiales perverses restent au moins cohérentes.



En tout cas, qui n'aimerait pas un parent qui, confronté à un fils mourant d'une plaie béante au ventre, décide que guérir sa virginité est la tâche n°1 ?

La fête des mères est classée R (les moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un parent ou d'un tuteur adulte). Mort par pistolet à clous, lessive, classeur et planche à découper, ainsi qu'humiliation par enlèvement de postiche.