Des sages-femmes à un processus de paix, où l'église et la mosquée coexistent

Films

Nadine Labaki, au centre, dans une scène de Where Do We Go Now ?, un film qu
Où allons-nous maintenant?
Réalisé parNadine labaki
Comédie dramatique
PG-13
1h 50m

La fable brutale et satirique de la réalisatrice libanaise Nadine Labaki, Où allons-nous maintenant ?, se déroule dans un village rural du Moyen-Orient où chrétiens et musulmans coexistent dans une paix précaire. Le village est entouré de mines terrestres et son cimetière est rempli de corps de jeunes hommes morts dans une guerre sectaire.

La décision de Mme Labaki pour ne pas nommer le pays, qui est supposé être le Liban, suggère qu'elle a conçu Où allons-nous maintenant? comme une allégorie comique globale sur l'intolérance religieuse et la belligérance masculine. Mais le ton sans cesse changeant du film, dont le réalisateur a également réalisé la comédie romantique Caramel, vous laisse étourdiment déséquilibré.

La première indication que Où allons-nous maintenant ? n'est pas tout à fait sûr de ce qu'il veut être, c'est un numéro de chant et de danse dans lequel Amale (Mme Labaki), une belle veuve chrétienne qui tient un café, fantasme un pas de deux romantique avec Rabih (Julien Farhat), le Bricoleur musulman qui peint l'endroit. Est-ce une comédie musicale, vous vous demandez ? Pas vraiment. Le numéro, qui ressemble à un extrait d'un autre film, est une diversion ludique dans une série de sketchs.




avec un ami comme Harry

Où allons-nous maintenant? se révèle bientôt comme une variation moderne volage de Lysistrata d'Aristophane, dans laquelle les femmes du village, malades et fatiguées de perdre leurs hommes dans une guerre insensée, s'unissent pour maintenir la paix par tous les moyens nécessaires. Leur solidarité est établie dans la scène d'ouverture, une marche chorégraphiée dans laquelle un corps de femmes chrétiennes et musulmanes vêtues de noir forme une procession solennelle et ondulante vers le cimetière.

Les mêmes femmes se réunissent régulièrement au café pour bavarder et élaborer des stratégies pour empêcher les hommes de se battre. A l'exception d'un prêtre inefficace et d'un imam, dont les lieux de culte se côtoient, ces hommes sont des bougres fougueux qui professent la fraternité jusqu'à ce que la moindre provocation les incite à une fureur aveugle. Lorsqu'un fauteur de troubles envoie des chèvres dans la mosquée et que l'eau bénite d'une église est remplacée par du sang de poulet, ces idiots se lancent dans une balistique et prennent leurs armes.

L'une des premières actions des femmes est de désactiver le poste de télévision récemment réparé du village, car la nouvelle des conflits religieux dans la région attise immédiatement la fièvre de la guerre. Amale et l'épouse du maire, Yvonne (Yvonne Maalouf), sont les principaux moteurs de ce régiment féminin baraqué.

Yvonne, en priant une statue de la Vierge Marie, simule une transe mystique à partir de laquelle elle transmet aux hommes des instructions divines selon lesquelles la paix doit être maintenue. Au cœur de la nuit, des femmes déterrent une cache d'armes enfouies et la cachent.

Dans leur stratagème le plus élaboré, ils détournent l'attention des hommes en important un groupe de strip-teaseuses ukrainiennes qui prétendent être bloquées après la panne de leur bus. Alors que les hommes se préparent pour la guerre, leurs femmes les droguent avec des pâtisseries au haschich, puis organisent une fête sauvage où les hommes sont apaisés par les visiteurs glamour et chatoyants. Si ces manigances idiotes sont amusantes, aucune n'est développée pour devenir les pièces de théâtre comiques qu'elles avaient le potentiel de devenir.

Dans la menace la plus grave pour la paix, un jeune homme est tué dans des tirs croisés alors qu'il conduisait sa moto à l'extérieur du village. Plutôt que de dire aux hommes, qui utiliseraient l'incident comme excuse pour la guerre, sa mère et ses amis se débarrassent secrètement de son corps et répandent le mot qu'il a les oreillons et qu'il est trop malade pour recevoir des visites. Je ne décrirai pas la solution finale des femmes au conflit religieux, sauf pour dire qu'elle est à la fois ingénieuse et absurde.


quel James Bond est mort

Au fond, ce joyeux, plaisir pour la foule , lequel a remporté le prix du public au Festival international du film de Toronto de l'année dernière, est une sitcom tapageuse sur les petits garçons scrappy dont les mamans astucieuses conspirent pour les empêcher d'avoir des ennuis.

Où allons-nous maintenant? est classé PG-13 (Parents fortement mis en garde). Violence légère et insinuations sexuelles.