Un simple échange ou vente ? Pas ici

Films

Pas ça
Chroniques du prêteur sur gages
Réalisé parWayne Kramer
Action, Comédie, Policier
R
1h 52m

Hee Haw rencontre Pulp Fiction au laboratoire de méthamphétamine : cela décrit le style de Pawn Shop Chronicles, un bâillement hillbilly grindhouse d'un film qui rote dans votre visage et laisse une odeur aigre. Le cœur de ce spectacle coquin se faisant passer pour un film est le prêteur sur gages du général Lee, dont le propriétaire (Vincent D'Onofrio) et son copain (Chi McBride) passent l'après-midi à discuter de la possibilité d'un père Noël afro-américain.

Chroniques du prêteur sur gages, réalisé par Wayne Kramer (The Cooler) d'après un scénario d'Adam Minarovich (Ed Peletier dans The Walking Dead), raconte trois grandes histoires. Dans le premier, des tweakers paranoïaques, brandissant des armes à feu et suprémacistes blancs (Lukas Haas; Paul Walker; et Norman Reedus, également de The Walking Dead) qui sont si tendus qu'ils ne voient pas directement le risque de se faire exploser en essayant de cambrioler un laboratoire de méthamphétamine.

Dans le second, le nouveau remarié Richard (Matt Dillon) découvre la bague sur mesure de son ex-femme dans la boutique et abandonne sa fiancée pour partir à la chasse à l'oie sauvage pour retrouver son ex. Sa recherche mène à une ferme dont le propriétaire accro à la pornographie, Johnny (Elijah Wood), entretient une ménagerie de femmes nues kidnappées, enchaînées comme des animaux sauvages dans des cages et se tordant dans leur propre crasse. Richard soumet Johnny à une torture extrême, rappelant A Clockwork Orange, qui implique une bouche ouverte et un marteau.



Dans la finale, Brendan Fraser joue un imitateur d'Elvis en difficulté lors d'un carnaval où les femmes captives, maintenant libérées et enveloppées dans des drapeaux américains, défilent comme des dalles ambulantes de viande pourrie aux accents d'Amazing Grace. Ces reines de beauté rougeoyantes et en état de mort cérébrale pourraient être décrites comme des zombies en attente. Gonzo est le mot.

Pawn Shop Chronicles est classé R (les moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un parent ou d'un tuteur adulte). Il y a de la violence, de la torture, de la nudité graphique, du matériel sexuel, un langage offensant et la consommation de drogue.