Critique « To the Stars » : rebelles en chaussettes Bobby, aspirant à plus

Films

Dans une petite ville claustrophobe du début des années 1960, deux adolescentes trouvent une amitié et peut-être même une issue.

Kara Hayward et Liana Liberato dans Vers les étoiles.
Aux étoiles
Réalisé parMartha Stephens
Drame
1h 49m
Trouver des billets

Lorsque vous achetez un billet pour un film évalué de manière indépendante sur notre site, nous gagnons une commission d'affiliation.

C'est le début des années 1960 dans l'Oklahoma rural, où le vent balaie vraiment la plaine, tout comme la chanson dit . Là, l'adolescente Iris (Kara Hayward), une introvertie livresque, essaie de garder la tête baissée. Enfant unique d'un éleveur et d'une femme au foyer ennuyée et agitée (Shea Whigham et Jordana Spiro), Iris est une solitaire, bien qu'il ne soit pas clair si c'est par choix ou par inclination. Certaines nuits, elle s'enfuit dans un trou de baignade, où elle flotte sous un dais d'étoiles. Elle est prête pour une sorte de changement, qui arrive avec Maggie (Liana Liberato), une nouvelle venue fougueuse avec un passé trouble.




l'actrice de la cabine des baisers

Une histoire de passage à l'âge adulte à la dérive et trop endormie, To the Stars (qui commence à diffuser vendredi) suit l'amitié inévitable qui survient au moment où Maggie apparaît à l'écran pour défendre Iris de certains intimidateurs. Il faut un certain temps à Iris pour se réchauffer à Maggie, en partie parce que la mère d'Iris a fait un certain nombre sur son estime de soi. Elle n'est pas habituée à la gentillesse des autres, en particulier de ceux de son âge. Mais Maggie est l'un de ces esprits libres quelque peu saints qui illuminent la tristesse quotidienne (au moins dans les films), remuant les choses tout en inspirant des gloussements de désapprobation et de censure.


le letty rapide et furieux

Comme presque tout le reste dans ce film, Maggie est à la fois sympathique et extrêmement familière. Une partie de l'attrait du personnage vient du remorqueur séduisant du rebelle, la figure qui promet la liberté et qui flambera intensément avant de s'enflammer ou de brûler son monde au sol. Quoi qu'il arrive, vous savez que quelque chose doit céder ; c'est toujours le cas. Et c'est cette attente de problèmes à venir qui donne à l'histoire sa pulsation lumineuse, animant à la fois les débats et Iris alors qu'elle suit son destin de genre : avec l'aide de Maggie, Iris s'épanouit et éprouve de la joie, découvre un sens fragile de l'estime de soi et chagrin d'amour et déception inévitables.

La réalisatrice Martha Stephens, travaillant à partir d'un scénario de Shannon Bradley-Colleary, gère ce matériau en douceur, créant un sentiment d'appartenance solide et tangible avec des paysages, des rafales de vent et un ciel bleu qui semble plus confiné qu'abritant. Stephens, dont les films incluent Land Ho ! (réalisé avec Aaron Katz), est particulièrement sensible à l'environnement d'Iris, à la maison et à la grange de sa famille et à la route poussiéreuse où Maggie la sauve. Dans une scène, Maggie et Iris empruntent cette route en voiture, profitant d'une évasion bien méritée mais frustrante. Ensuite, c'est le retour dans leur petite ville méchante avec ses dictateurs mesquins et ses désirs frustrés et en serre chaude.

C'est toujours agréable de voir des personnages se libérer, mais vous devez vous soucier de savoir s'ils le font. Un problème insurmontable avec cette histoire est qu'Iris n'est tout simplement pas assez intéressante et certainement pas assez développée en tant que personnage ou en termes de performance. Elle n'est pas simplement fermée, comme une tortue enfermée ; elle est dépourvue d'étincelle, de personnalité, et cela vous laisse à la recherche de quelqu'un à qui vous soucier. Maggie remplit ce rôle pendant un certain temps. Mais la grande opportunité manquée du film se trouve dans un salon de beauté, où une autre solitaire, Hazel (une très bonne Adelaide Clemens), coiffe les cheveux et ouvre un autre monde avec quelques mots, des regards élancés et une grâce douce et séduisante.

Aux étoiles


films de ruth bader ginsburg

Non classé. Durée : 1 heure 49 minutes. Louer ou acheter sur Amazone , Apple TV et d'autres plateformes de streaming et opérateurs de télévision payante.